mercredi 22 mars 2017

Demi-dieu à l'agonie

L'impressionnant déploiement égyptien, ça en fait du monde!

Les romains ayant gagné le jet de déploiement, n'ont pu résister à l'envie de positionner leur baliste dans la tourelle.

Comme le sorcier Égyptien s'est cavalièrement lancé devant ses troupes, Semprinius décida de faire de même et profita de l'appui des dieux pour se rapprocher à environ 6 pouces.

Impressionnant pour un premier tour. Les archers égyptiens tentèrent de le mettre en fuite en lui balançant une flèche, mais le moral du Centurion tint bon.
Nous n'avons roulés que deux objectifs en plus du central, j'en ai placé un dans la petite forêt à l'ouest, où Cloelius, mon Prétorien forestier, s'est dirigé avec un Baléare et un autre légionnaire en renfort. Le chariot Égyptien est rapidement venu les rejoindre, se cachant derrière les arbres pour éviter la baliste.

La baliste gaspilla son tir contre un archer pendant que le Baléare lui faisait la leçon en balançant une pierre contre les chevaux du chariot, le mettant en fuite (il retourna se cacher, juste au cas...)

Le sorcier égyptien explosa un Baléare pendant que le Centurion chargeait le Pharaon. A l'est, contournant un éboulement impassable, un cavalier romain chargea un cultiste avant d'être contrechargé par un homme des mers.

Le demi-dieu était grimpé sur l'objectif et le téméraire Avinus décida de le charger. Tant qu'à se battre, autant avoir la charge...

Il parvint miraculeusement à enlever deux points de vie à la créature, sur deux tours, entre autre grâce à son propre décapitarius. Pendant ce temps, un baléare venait prêter main forte à un légionnaire pris pour cible par quelques archers égyptiens. Heureusement, son armure tint bon et il parvint à les charger pour commencer le ménage.

Les Égyptiens ayant perdu la plupart de leurs troupes de remplissage ont choisis d'abandonner la partie avant le 5e tour, question de limiter les dégâts dus à l'attrition.

C'est en fouillant dans les ruines que Semprinius a trouvé une arme terrible...

Mes super achats de campagne.

samedi 18 mars 2017

Sabotage!

Test d'un hybride intéressant entre Bolt Action moderne, Warmaster et les retouches d'un joueur local! Pas si fou quand on sait que les deux premiers viennent du même designer.

Des commandos d’Allemagne de l'ouest sont parvenus à passer un checkpoint incognito, entassés dans trois voitures civiles.

Ma mitrailleuse soviétique n'est pas parvenu à identifier les infiltrateurs, qui avançaient prudemment. Malheureusement le temps pressait et à la fin du tour 3, ils ont brûlés une lumière pour tenter de se disperser vers leur objectif de sabotage!

L'alarme donnée, mon lance-missile réagit particulièrement bien, parvenant à exploser la voiture du milieu alors qu'elle tentait un virage serré. Les allemands se répartirent dans deux bâtisses et commencèrent à échanger des tirs avec les soviétiques. L'avantage numérique des soviétique prit le dessus sur le moral allemand, incapables de souffler pour reprendre leurs esprits ou de distribuer assez de suppression pour forcer les communistes à prendre une pause.

Comble de malchance, les véhicules d'extraction allemands ne se pointaient pas... lorsque le premier est arrivé, la situation a vite changée, l'AFV éradiquant rapidement deux des 5 unités soviétiques et encaissant un tir de lance-grenade. Malheureusement, les allemands ne purent être exfiltrés, la dernière unité fut prise en cisaille entre ma mitrailleuse et la solide unité de 6 soldats armés jusqu'aux dents.

En tout cas, c'était pas mal plus brutal que les échanges de tire-pois entre conscrits que l'on voit parfois à Bolt Action WWII! Bien aimé le changement de style, pratiquement plus proche d'infinity que de bien d'autres jeux avec la possibilité de réagir aux actions de l'autre en simultané. Bravo aussi à l'hôte, je ne m'attendais pas à voir en si peu de temps deux forces d'une époque relativement exotique et toutes peintes.

vendredi 17 mars 2017

Pitbull

Une des figurines exclusives du Kickstarter d'Incursion, un pitbull dressé à chasser le zombie...

mercredi 15 mars 2017

Ruine Warlord

Un autre bout de ruine de normande, du plastique de Warlord.

L'espionne est de Copplestone et le zombie avec mine navale au corps est de Grindhouse Games, pour le jeu Incursion.

lundi 13 mars 2017

10 ans de blogue!

Pour le 10e anniversaire du blogue, je me suis offert un nouveau kit de peinture. Mes vieux pots GW séchaient à vue d'oeil, les tentatives de pots de P3 se retrouvaient plus souvent sur mes doigts que sur les figurines.

Après de nombreuses recherches et analyses de coût, je suis allé pour 54 bouteilles de Reaper. C'est des "droper", chacune avec une petite bille de brassage dedans. Le choix de couleurs permet aussi de faire une certaine transition. J'ai jeté une dizaine de pots hier soir, mais certains sont encore corrects, je n'ai donc acheté que les pires cas de peinture laiteuse ou polymérisé à remplacer.

Ce n'est pas facile de trouver le temps de peindre, mais au moins, avec des produits agréables à travailler, c'est un peu plus motivant! Pour les 25 ans de Reaper, ça venait aussi avec 4 figurines gratuites et le transport gratuit au Canada. Pas mal.

dimanche 12 mars 2017

Crisis

Partie de Crisis hier, c'est un jeu de placement d'ouvriers, mais de mon point de vue assez proche de Powergrid. J'ai choisi de participer à celui là pour le thème. Deux grecs qui font un jeu sur un pays en crise économique et sur les financiers qui tentent de remettre de l'ordre là-dedans, c'est quand même intéressant!

C'était correct, le thème est présent, mais ça reste un euro. Donc bien que les règles soient simples, il y a souvent des mécaniques qui dérogent de la thématique pour des raisons gamistes. En fin de partie, une majorité des joueurs soulignaient que le jeu reste assez aléatoire et qu'il y a peu de mécanique pour empêcher un joueur de prendre beaucoup d'avance et laisser les autres dans la poussière.

Bref, c'était sympa, mais ça souffrait comme trop souvent du syndrome de "je fais un puzzle dans mon coin que j'essaie d'optimiser avant le délai imparti pour le calcul les pts de victoire".

jeudi 2 mars 2017

Potion de guérison

Question de faire la preuve de sa nouvelle agilité, Semprinius a piqué un petit sprint pour venir attirer les barbares. Il avait déployé ses cavaliers à l'ouest avec Cloélius qui ne voyait pas d'inconvénient à utiliser la forêt (terrain difficile) comme couverture.

Malheureusement, malgré son pied agile, Cloélius reçu bien vite une flèche dans le plastron et passa le reste de la partie à fouiller des ruines pour protéger sa santé!

Le druide invoqua un ours pendant que les guerriers du clan se préparaient à affronter le mur romain...

Relique de la dernière partie de la campagne, les romains avaient accès à une ruine de plus. Deux Baléares et Cloélius allaient passer l'essentiel de la partie à les fouiller, imités par le porte bannière et un guerrier du côté des barbares.

Conscient de l'avantage en terme de ruine, les romains n'avançaient pas, se contentant de bloquer la horde de barbares hirsutes. Le pire étant l'ours, qui chargea le premier pour briser le statu quo.

Pendant que les barbares testaient le mur romain, les Eques Numidarum avaient contournés le groupe de gauche pour se retrouver derrière les unités stratégiques ennemies, la bannière, un archer et le druide. Un héro fut envoyé en renfort pour les contenir.

Malgré l'avantage numérique, le moral barbare brisa le premier. Ils fuirent vers leur druide pour être guéris par ses sortilèges. Les légionnaires se réorganisèrent pour profiter de nouvelles options de charges, abandonnant le mur du même coup. Les fouilles en périphérie du centre allaient bon train de chaque côté, avec 3-4 réussites chacun.

Un légionnaire particulièrement violent vint briser l'égalité en achevant l'un après l'autre les 3 guerriers qui géraient les fouilles du côté ouest, chez les barbares.

Le héro barbare fut éventuellement rejoint par l'ours pour leur permettre de conserver la ruine est, malgré les tirs de Baléares embusqués... toujours plus irritants qu'efficaces. Mais à 6 points, ils sont très bien pour contester du territoire et être une nuisance.

Le hasard fit en sorte que graduellement, l'avantage numérique des barbares se transformait en désavantage, alors que les romains parvenaient à répartir les dégâts entre les légionnaires. La seule perte à déplorer fut mou-mou, le dromadaire d'un Eques Numidarum, qui lui s'en sortit indemne, planqué sous des gravats.

Les barbares abandonnèrent au 7e tour, après que les romains soient parvenus à prendre les devants en terme de fouilles avec 14 pts contre 8pts.

Les romains ont décidés d'être plus prudents avec les dépenses. Pathfinder, ça fait pas grand chose contre un demi-dieu... Cloélius et Semprinius ont investis dans l'expérience, gagnant chacun un point de mêlée. Avec les points restants, ce sera une Baliste et 8pts en réserve. Pas assez de points pour la bannière, malheureusement, faut choisir...

dimanche 26 février 2017

La reprise du quartier des équarisseurs

Bolt Action 2e édition, un cityfight 1500 pts de soviétiques vs 500 pts d'allemands + renforts à venir.

L'union soviétique avait commencée à repousser les troupes allemandes de ses villes les plus à l'ouest, se battant âprement de maison en maison pour la mère patrie. Dans ce scénario, un petit groupe d'allemands fortifiés tentent de stopper une force russe trois fois plus grande!

Les allemands ont fait une ligne de barbelés, menant à un champ de mine tout à l'ouest, juste après le premier des trois objectifs à contrôler.

Les troupes russes sont arrivées assez vite, par la moitié est de la table. Un groupe d'infanterie inexpérimentée encadrée par deux T-34 réguliers.

Un tir croisé très précis permit au T-34 du centre de faire la première touche de la partie, contre une unité d'allemande juste devant le champ de mines.

Comme le reste des allemands étaient cachés dans les bâtiments de l'est (il n'est pas permis de tirer sur des troupes cachées), l'observateur d'artillerie soviétique commanda un pilonnage de la zone.

Une équipe de MMG se faufila en jeep pour se positionner dans la bâtisse juste devant la cachette allemande, mais ça en était trop pour les teutons. L'unité avec le canon anti-char ouvrit le feu, les éclats de briques tuant l'unité russe.

Un 3e T-34 arriva en renfort et se joint à celui du centre pour ouvrir le feu sur l'unité anti-char allemande. Un observateur d'artillerie allemand décida que le temps était venu de commettre ses batteries et choisit le carrefour juste devant les T-34 comme zone de tir.

L'escouade d'infanterie allemande et un officier choisirent de quitter les bâtisses avant que l'artillerie ne tombe. L'infanterie allemande avançant au travers des barbelés, espérant arriver à la bâtisse juste devant, avant que les russes ne l'occupe à nouveau.

Malheureusement, pendant ce temps, des russes étaient entrés dans l'usine d'équarissage du côté ouest et ont ouvert un tir croisé sur les allemands au milieu de la rue. Ils se jettèrent au sol pour encaisser l'attaque, mais ça les laissait au milieu de nulle part.

Un délai dans le barrage soviétique fit en sorte que les tempêtes d'obus se déchaînèrent en même temps. Un T-34 faillit y passer, mais finalement, plus de peur que de mal, tout le monde était à l'abri.

Profitant de la présence d'un major soviétique, ces derniers firent un effort pour reprendre l'initiative. La plupart des troupes allemandes, y compris un dangereux destroyeur de tank Stug furent suppressés avant de pouvoir agir.

Les T-34 se remirent en position pour commencer un duel avec le Stug et un Panzer IV arrivé en renfort.

Comme on le sait, la quantité reste une qualité et à force de tirer, les T-34 immobilisèrent le Panzer et explosèrent le Stug débordé.

Sans réelle opposition, les soviétiques ordonnèrent que la ligne défensive soit traversée. Les inexpérimentés passèrent par les barbelés, alors que les vétérans usèrent de leur talent pour négocier le champ de mine et arroser la dernière unité allemande de SMG au passage.

Victoire russe, qui ont eu des jets incroyables, en particulier dans les échanges de tirs entre tanks. Les allemands touchaient aussi régulièrement, mais ne roulaient que des "1" pour percer le blindage!

dimanche 12 février 2017

Semprinius vadit ad bellum

Le centurion Semprinius et ses hommes s'étaient installés dans la villa pour essayer de découvrir ce qui avait pu se produire. C'était une région de l'empire mal recensé, aux croyances barbares. Les gardes prétoriens Avinus et Cloelius avaient montés la garde une bonne partie de la nuit jusqu'à ce que...

Des Daciens! Accompagnés de goules, un groupe de nobles Daciens avait décidés de sauter sur l'occasion d'enlever un centurion de l'Aigle. D'un côté, la cavalerie avec une goule, de l'autre bord de table, l'infanterie avec le chef, deux goules et une horrible bannière représentant des scènes de torture et de cannibalisme!

Pour l'Empereur! En appelant à sa foi dans son patron impérial, Semprinius senti qu'il était béni. Malgré l'incertitude et la noirceur, les romains ne se laissèrent pas surprendre. Pendant que les légionnaires investissaient les vignes pour tenter de ralentir les attaquants, les Baléares scrutaient la nuit, décochant une pierre de temps à autre. Pas d'effet, mais un jour, ils blesseront quelque chose...

Un légionnaire particulièrement hargneux tenta de se distinguer en balançant son pilum sur le chef ennemi.

Deux héros Daciens, dont l'un à cheval, tentèrent une charge, mais ne parvinrent pas à bien localiser les romains dans la nuit. Semprinius fit signe à Avinus et ils le chargèrent personnellement, pour le bloquer en place, bientôt rejoints par un cavalier de la légion étrangère. Le héro adverse ne résista pas au choc et fut mis hors de combat.

Le combat dans les vignes était plus difficile. Les Baléares n'étaient pas parvenus à blesser les Daciens. Le cavalier romain, accompagné d'un légionnaire, piétina un guerrier Dacien. Les autres hommes d'armes s'embourbaient dans des affrontements d'où il était difficile de dégager un vainqueur. La ghoule ferait peut-être la différence, sa peur nuisant à la résolution des romains, généralement de pierre et d'acier devant les hordes ennemies.

Alors que le soleil se levait, les troupes impériales reprirent le dessus. Avinus se distinguait en combat singulier avec le chef Dacien, plusieurs coups atteignant sa cible. Sous le regard de Sol, les goules devenaient plus grotesques que terrifiantes et Semprinius ne s'enfuit pas malgré la tentative d'une d'elle de le croquer.

La goule mit hors de combat un cavalier pendant qu'Avinus mettait le chef Dacien en fuite. De son côté Semprinius acheva sa ghoule alors que les Baléares finirent enfin par accepter de la charger.

Semprinius rangea son gladius et partit à la poursuite du chef Dacien bâton de vigne en main, question de tenter de le capturer et d'en extraire l'origine de ces cannibales déformés. Il y avait là une menace à l'Empire qui devait être démasquée.

Mon cavalier s'est remit de ses blessures. J'ai investi dans l'expérience, le centurion Semprinius gagnant un pt d'Agilité. Avinus gagne Decapitarus alors que Cloelius, suite à sa promenade dans les vignes, gagne Pathfinder.

Avec les points restants, Semprinius recrute un 3e légionnaire à 10 points, équipe sa cavalerie de boucliers pour 6 points et commence une correspondance avec le Frumentarii pour d'éventuels renforts plus substantiels (9pts en réserve, à moins que je ne flanche pour un archer ou un 4e Baleares).

Beaucoup aimé la partie, probablement encore une fois pour l'abondance de décor. Nos charges étaient souvent plus difficiles à planifier et on s'empêtrait dans nos propres troupes. C'est un peu la raison pourquoi j'ai pris Pathfinder. Les romains ne sont pas super fort quand vient le temps de traverser du terrain difficile (AG2 avec le tower shield...), Cloelius pourra me donner un peu plus de constance dans ces situations. Après tout, les monstres se cachent rarement dans les plaine bucoliques...

samedi 11 février 2017

Villa romaine

Une villa romaine dans les territoires Daciens récemment conquis... La rumeur raconte que pendant l'hiver, la famille de l'ancien légionnaire a été dévorée par la peuplade locale. Si c'est vrai, qui fait pousser les choux?